Bénin: Olivier Kiti fait de troublantes révélations sur l’association Amnesty International Bénin

Entretien exclusif avec Olivier Kiti sur Amnesty International Bénin
1
413

Face à des frustrations qui s’observent au sein de l’organisation non gouvernementale Amnesty International Bénin, Olivier Kiti, membre et ancien fonctionnaire de cette ONG a fait des révélations « osées ». Dans un entretien accordé à Africaxó, il a déploré amèrement des irrégularités outrancières qu’il attribue notamment à la gouvernance du bureau exécutif national d’Amnesty International Bénin.

 

«Ce que font les dirigeants actuels de la section béninoise d’Amnesty International n’est pas en conformité avec les valeurs, principes et règles de l’organisation mondiale Amnesty International qui a pour vocation de lutter contre l’injustice», a ainsi déclaré l’ancien employé de l’ONG Amnesty International Bénin, Olivier Kiti, qui n’est pas allé du dos de la cuillère pour dénoncer certaines irrégularités qui prévalent au sein de ladite ONG.

Dans un récit incendiaire, il a évoqué une crise créée par le bureau exécutif national (ou conseil d’administration) sous la mandature de son président Emmanuel Adjanon.  A l’en croire, tout a commencé après la prise de fonction en juillet 2018, du nouveau bureau exécutif national qui a empêché le fonctionnement du comité de réexamen du statut des membres (ancien comité de recours), un organe statutaire dont les membres ont été élus par l’assemblée générale ordinaire de juin 2018, alors que les textes de l’association Amnesty International Bénin ne confèrent pas ce pouvoir au bureau exécutif national.

Poursuivant, il a déclaré que le bureau exécutif national présidé par le sieur Emmanuel ADJANON, lors de sa session ordinaire du 1er décembre 2018, a suspendu les statuts et le règlement intérieur adoptés par l’assemblée générale ordinaire de juin 2018 et a remis en vigueur les statuts et le règlement intérieur de 2017. Au cours de cette même session, le bureau exécutif a dénié la qualité de membre au sieur Olivier KITI, qui avait adhéré à l’association Amnesty International Bénin depuis 2012 et avait par la suite été un cadre salarié à la direction nationale de ladite association de janvier 2013 au 18 octobre 2018, date de son licenciement pour des « fautes lourdes ». Le contentieux relatif à son licenciement est en cours de jugement devant la chambre sociale du tribunal de première instance de première classe de Cotonou.

« Des actes manifestement illicites et constitutifs de troubles »

Face à des actes du bureau exécutif national de l’association Amnesty International Bénin qu’ils qualifient « d’actes manifestement illicites et constitutifs de troubles » le sieur Benjamin ADE, agissant ès qualités président du comité de réexamen du statut des membres, et le sieur Olivier KITI, agissant ès qualités membre de l’association, ont intenté une action en justice. Ils avaient, selon Olivier Kiti, saisi le tribunal de première instance de première classe de Cotonou par assignation en référé du sieur Emmanuel ADJANON, ès qualités Président du bureau exécutif national de l’association Amnesty International Bénin. Cette assignation en référé avait été formalisée, le 7 mai 2019 et la procédure est pendante devant la première chambre des référés civils.

«Pendant que la procédure suivait son cours normal devant la première chambre des référés civils du tribunal de première instance de première classe de Cotonou, le bureau exécutif national, a, lors de sa session ordinaire du 21 septembre 2019, prononcé la suspension du comité de recours (devenu comité de réexamen du statut des membres)», ajoute Olivier Kiti. Il s’en est alors suivi selon notre source, une assemblée générale ordinaire de l’association Amnesty International Bénin, les 21 et 22 décembre 2019 à Djougou avec 24 membres provenant de 14 entités locales (cellules de base), alors que l’association Amnesty International Bénin compte 79 entités locales et plus de 1000 membres adhérents.

«Cette assemblée générale exclusive et non représentative de la majorité des membres de l’association Amnesty International Bénin a été organisée malgré la correspondance du Ministère de l’Intérieur et de la Sécurité Publique de la République du Bénin en date du 20 décembre 2019 qui demande formellement au Président de l’association Amnesty International Bénin de suspendre ladite…», a-t-il conclu.

 

1 comment

Leave a reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

English English Français Français