Bénin – Présidentielle 2021: Galiou Soglo adresse des mots de réconfort au peuple

0
506

Au Bénin, l’ancien ministre de la culture Galiou Soglo a adressé des mots de réconfort au peuple, dans le cadre de la présidentielle de 2021. A travers une déclaration lundi 12 octobre à la conférence du groupe national de contact de la dynamique «S’engager pour le Bénin», il est revenu sur la gestion du pouvoir sous le Président Patrice Talon.

 

Les conditions d’organisation du scrutin présidentiel de 2021 au Bénin ne rassurent pas les leaders de l’opposition réunis au sein de la dynamique «S’engager pour le Bénin». C’est ce qu’ils ont fait savoir lundi à travers une conférence de presse du groupe national de contact de cette coalition. A cet effet, l’ancien ministre de la culture Galiou Soglo, a prononcé une allocution dans laquelle, il est revenu sur quelques spécificités de la notion du pouvoir. Selon lui, “tout pouvoir sans contrôle rend fou”, a-t-il laissé entendre s’appuyant ainsi sur une citation du philosophe Emile-Auguste Chartier, dit Alain. Le fils de l’ancien président Nicéphore Soglo a fait de même, référence à une autre citation avant d’inviter chaque béninois à se l’approprier et à y réfléchir.

 A LIRE AUSSI: Bénin – “Restauration de la démocratie”: Galiou Soglo, « J’y laisserais ma vie s’il le faut »

«Nous sommes engagés aux côtés du peuple»

Galiou Soglo

Annulation des lois électorales

Pour la présidentielle de 2021 au Bénin, la coalition «S’engager pour le Bénin» exige l’abrogation de toutes les lois électorales. En effet, dans la déclaration de presse lundi à Cotonou, les cadres de ladite coalition ont appelé à la suppression de certaines conditions notamment le principe du parrainage. Selon l’honorable Amissétou Affo Djobo, la président du groupe national de contact de la dynamique, “la restauration de la démocratie est une condition non négociable”. Par la même occasion, la dynamique “S’engager pour le Bénin” a fait plusieurs autres exigences notamment l’abrogation du système de parrainage imposé dans le cadre de la présidentielle dont le premier tour est prévu pour le 11 avril 2021 selon la nouvelle constitution.

 A LIRE AUSSI: Bénin – Appartenance à l’opposition: Komi Koutché prend la défense de Candide Azannaï

Suppression du parrainage

Si le parrainage constitue un obstacle à la pratique de la démocratie pour les uns, sa suppression n’est pas du tout envisageable pour les autres. En effet, interrogé dimanche 11 octobre 2020 dans l’émission « 90 minutes pour convaincre » sur la radio nationale, le député Abdoulaye Gounou du Bloc Républicain est resté intransigeant. «Je persiste et je signe que c’est impossible », a-t-il laissé entendre. A l’en croire, l’article 2 du protocole additionnel de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) sur la bonne gouvernance et la démocratie l’a clairement stipulé. Selon cet article, «aucune réforme substantielle de la loi électorale ne doit intervenir dans les six (6) mois précédant les élections, sans le consentement d’une large majorité des acteurs politiques ». 

 A LIRE AUSSI: [Entretien]Bénin – Santé de la justice: «Nous sommes dans un Etat de lois et non de Droits», Me Georges Gbago

Pour rappel, la Commission Électorale Nationale Autonome (CENA), organe en charge de l’organisation des élections au Bénin a indiqué que le parrainage sera individuel. Les potentiels candidats à la succession du Président Patrice Talon sont ainsi appelés à aller convaincre les élus locaux et communaux à l’effet de décrocher leur parrainage, même si ceux-ci sont en leur grande majorité des soutiens du régime de la rupture.

Leave a reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

English English Français Français