Bénin – Présidentielle 2021: le gouvernement situe la société civile sur le parrainage

Alain Orounla recadre la société civile sur le parrainage
0
431

Le Porte-parole du gouvernement béninois, Alain Orounla, a situé la société civile sur le parrainage des candidats à la présidentielle de 2021. Au terme du conseil des ministres tenu, mercredi 09 septembre, il a estimé que le parrainage représente un filtre qui fait barrage aux candidatures pléthoriques et fantaisistes.

 

En vue d’un scrutin présidentiel «inclusif et pacifique» en 2021, dix organisations de la société civile ont recommandé vendredi 04 septembre,  la suppression urgente du parrainage. Les acteurs réunis au sein de ces organisations ont souligné que les conditions du parrainage sont essentiellement, « crisogènes et lui confèrent un potentiel élément déclencheur de violences lors de la présidentielle » prochaine.

 A LIRE AUSSI: Bénin – Présidentielle 2021: la société civile alerte sur l’urgence d’une relecture du code électoral

Dans son traditionnel point de presse du conseil des ministres, Alain Orounla a répondu aux critiques des acteurs de la société civile. Le Porte-parole du gouvernement de Patrice Talon, a déclaré que les futurs candidats peuvent démarcher « des maires et des députés » des partis de la mouvance. Selon lui, le parrainage est intervenu dans le cadre de la réforme du système partisan et vient d’ailleurs corriger plusieurs imperfections relevées autrefois. A l’en croire, les candidats peuvent non seulement compter sur les six (06) maires de l’opposition, mais aussi sur les députés et maires pro-Talon

 A LIRE AUSSI: Bénin – Présidentielle 2021: les Fcbe font des recommandations au gouvernement

« Le parrainage est à tort considéré comme un verrou alors qu’il s’agit ni plus ni moins d’un filtre qui fait barrage aux candidatures pléthoriques et fantaisistes »

Alain Orounla

A LIRE AUSSI: Bénin – Progrès économique: le gouvernement réagit à l’intervention de Lionel Zinsou

Recadrage des acteurs de la société civile 

Contre la réalité selon laquelle, des leaders agissent sur la scène politique sous le couvert de la société civile, Alain Orounla a donné des précisions. Face à cet élan d’amalgame, le Porte-Parole du gouvernement, a invité ces dix organisations de la société civile, a clairement afficher leurs positions entre « acteurs de la société civile » et « acteurs politiques ».

« Ils feraient mieux d’intégrer les partis politiques ou d’en créer et là, ils pourront s’exprimer de façon plus pertinente et plus légitime»

Alain Orounla

Il soutient que le parrainage a bien fonctionné dans bien de pays considérés comme démocratiques, avant d’ajouter que ces acteurs ont bien tort de penser que ce système ne peut pas fonctionner dans notre pays.

Leave a reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

English English Français Français