Bénin: Une mise en liberté pure et simple de Ignace Sossou exigée par Reporters Sans Frontières

0
219

Par Eustache Roméo Agonmadami

Interpellé et incarcéré depuis le 24 décembre 2019, Reporters sans frontières (RSF), dans un message en date du 3 janvier 2020, exige la libération sans condition et immédiate du journaliste Ignace Sossou.

Une demande qui fait suite au dernier courrier de Canal France International (CFI) qui retrace les propos tenus par le procureur Mario Métonou au cours de l’atelier « Verifox » tenu à Cotonou du 16 au 18 décembre 2019. Prenant pour preuve la transcription faite par CFI dans un message publié sur son site le 02 janvier 2020, Reporter Sans Frontières exige la mise en liberté sans condition aucune du journaliste Ignace Sossou. Selon l’information relayée par Bénin web TV, Reporters Sans Frontière a pris appui sur la transcription des propos du procureur rendue publique par l’organisateur de l’atelier au cours duquel il les aurait tenus. De même Reporter Sans Frontières estime que «rien ne justifie la condamnation encore moins l’interpellation du journaliste».

Ignace Sossou, Journaliste

Ignace Sossou, Journaliste d’Investigations

Une affirmation qu’il a fait savoir à travers ces propos: « la publication des propos exacts tenus par le procureur, révélés par un communiqué de l’agence française le 02 janvier, permet d’établir très clairement que le journaliste a repris mot pour mot – à quelques exceptions près – les expressions utilisées par le magistrat au cours de cet atelier sans aucunement détourner le sens du message exprimé. Lors de cette rencontre, le magistrat avait effectivement estimé que les coupures internet utilisées “au Bénin ou ailleurs” traduisent un «aveu de faiblesse des pouvoirs politiques face au phénomène des fausses nouvelles».

A lire aussi: Bénin: Le journaliste Ignace Sossou écope de 18 mois d’emprisonnement et de 200 mille francs d’amende

Reporters Sans Frontières estime que « plus rien ne s’oppose à la libération immédiate d’Ignace Sossou, journaliste d’investigations et directeur de production de Bénin Web TV, condamné le 24 décembre 2019 à 18 mois de prison ferme pour “harcèlement par le biais de moyens de communication électronique”. » Ignace Sossou a été interpellé, pour avoir posté trois tweets rapportant les propos que le procureur juge sortis de leur contexte pour lui créer une détresse émotionnelle, le vendredi 20 décembre 2019 par les éléments de l’office de répression de la cybercriminalité (OCRC). Il a par ailleurs été condamné à 18 mois de prison ferme assorti de 200.000 Fcfa à verser au trésor public.

Leave a reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

English English Français Français