Guinée Conakry: Human Rights Watch dénonce une répression croissante des libertés de réunion et d’expression en 2019

La répression croissante des libertés de réunion et d'expression dénoncée par Human Rights Watch
0
156

Par Eustache Roméo Agonmadami

Les mécontentements contre le projet de nouvelle Constitution proposé par le Président Alpha Condé continuent d’agiter l’opinion publique en Guinée Conakry. Au moins trois personnes ont trouvé la mort depuis le lundi 13 janvier pendant les mobilisations. Un phénomène que déplore Human Rights Watch et dénonce une répression croissante des libertés de réunion et d’expression en 2019.

«Il y a une répression croissante des libertés de réunion et d’expression en 2019 en Guinée». C’est ce qu’affirme Human Rights Watch dans son dernier rapport mondial sur les droits humains. En juillet dernier, l’Assemblée nationale a adopté une loi sur l’usage de la force par la gendarmerie. Un pas de plus envers l’impunité des forces de l’ordre. Selon l’information donnée par BBC Afrique, Jim Wormington, chercheur pour Human Rights Watch  pense que « L’impunité pour les actes commis par les forces de sécurité en Guinée, surtout pendant les manifestations, est prioritaire pour le gouvernement. Donc on n’a presque pas d’espoir, si l’on est manifestant blessé ou tué, qu’il y aura des enquêtes crédibles et que les forces de sécurité responsables soient punis. Il y a un seul cas d’un policier ou gendarme, qui a été condamné pour la mort d’un manifestant en avril 2019. Donc, on voit un contexte qui risque de continuer à paralyser le pays et à mettre en danger de plus en plus la vie des Guinéens ».

LIRE AUSSI: Guinée Conakry: Une violente manifestation de l’opposition fait état de deux morts.

Des policiers guinéens encadrent un manifestant arrêté. Le 14 novembre 2019. © CELLOU BINANI/AFP

Des policiers guinéens encadrent un manifestant arrêté. Le 14 novembre 2019.
© CELLOU BINANI/AFP

Le droit de manifester :un paradoxe ?

De son côté, Damantang Albert Camara, le ministre guinéen de la Sécurité et de la Protection civile, s’étonne de certains éléments de ce rapport. Il affirme notamment que le droit de manifester est respecté en Guinée. « Lorsqu’en début de rapport, Human Rights Watch dit que les manifestations sont systématiquement interdites, cela jette un doute sur le sérieux qui a été fait. Que certaines manifestations, dans certaines circonstances, aient été redirigées ou réaménagées, oui. Parfois interdites, oui. Mais le principe en Guinée, nous l’avons respecté – le droit de manifester -, et il y en a eu plus de 530 en moins de huit ans. Donc cela nous interpelle un peu. Pour le reste, nous sommes conscients qu’il y a un enjeu très important à déterminer les violences qui se déroulent pendant les manifestations, à rechercher les auteurs des crimes qui font aussi mal au gouvernement. (…) Cette volonté, nous la partageons, à condition que cela se passe dans la sérénité et qu’il n’y ait pas, des fois, des prises de position qui ne se justifient pas ».

Par ailleurs, la direction générale de la police nationale indique, dans une circulaire, avoir constaté le « comportement désobligeant » de certains de ses agents, à travers les réseaux sociaux. Le directeur général de la police nationale affirme qu’il met en place une commission d’enquête spéciale pour rechercher et identifier les auteurs.

 

Leave a reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

English English Français Français