Niger: Plus de 300 demandeurs d’asile soudanais interpellés au Niger

Des demandeurs d'asile soudanais interpellés au Niger
0
146

Par Pédro Mensanh-Gbewa

La police nigérienne a interpellé plusieurs centaines de demandeurs d’asile. Trois cent trente cinq (335) demandeurs d’asile soudanais de retour de la Libye ont été arrêtés par la police nigérienne près de la ville d’Agadez dans le nord du Niger.

Ils avaient mis le feu à leur centre d’hébergement, où vivent un millier de personnes dans l’attente de la délivrance d’une carte de réfugiés. Ils protestent pour exiger l’accélération du traitement de leurs demandes du statut de réfugié et leur acheminement vers l’Europe

Selon Seyni Saidou, Procureur du tribunal de Première Instance d’Agadez, ces demandeurs d’asile avaient entrepris un sit-in devant les bureaux du Haut Conseil des Réfugiés (HCR) à Agadez depuis le 16 décembre 2019 jusqu’au 4 janvier 2020.

Camp de réfugiés incendiés par les demandeurs d'asile d'origine lybienne

Camp de réfugiés incendiés par les demandeurs d’asile d’origine soudanaise

Selon plusieurs sources, les demandeurs d’asile exigent, entre autres, un statut de réfugiés avec délivrance immédiate de leur carte, des soins de qualité et une meilleure collaboration avec le HCR et les autres partenaires humanitaires. Le gouverneur d’Agadez estime que les migrants ont posé de « faux problèmes ». Le centre dispose d’eau, de nourriture, d’un médecin. Toujours selon le gouverneur, plus de 160 cartes de réfugiés ont récemment été délivrées. « Le processus de détermination est très avancé », indique le HCR.

Lire aussi: Kenya : Une attaque terroriste frappe une base américaine dans la région de Lamu.

Samedi, ils ont été délogés par les forces de sécurité qui les ont ensuite convoyés vers leur site d’hébergement.
« Malheureusement, arrivés là-bas, une fois descendus du bus, ils ont mis du feu au centre et ils s’en sont pris à la police et la gendarmerie par des jets de projectiles.» explique le procureur.

Selon un bilan des autorités locales, sur les 331 habitations du camp, «290 habitations et l’infirmerie ont été réduites en cendres». On note deux personnes blessées par les manifestants qui ont également cassé des vitres des bus. Les personnes arrêtées par la police sont poursuivies pour «attroupement non armés sur la voie publique, rébellion par destruction volontaire des biens meubles et immeubles et incendie volontaire des lieux servant d’habitation».

Leave a reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

English English Français Français