Chronique

[Chronique] Bénin – Harcèlement sexuel: « Et l’ange gela les pervers »

Depuis plusieurs jours au Bénin, l’actualité liée au harcèlement sexuel dans les médias défraie la chronique. Dans une tribune publiée sur sa page facebook ce mercredi 06 mai 2020, Paul Danongbe, Journaliste Chroniqueur, a peint en lettres la caricature des dénonciations faites par Angela Kpeidja, Journaliste à la télévision nationale.

 

Découvrez ici, l’intégralité de sa chronique.

Et l’ange gela les pervers!

Coincée dans l’antre du chantage émotionnel, moral et surtout sexuel, elle n’a pas eu un autre choix que de céder aux exigences voluptueuses de ces prédateurs aux appétits sexuels croustillants et voraces. Pendant plusieurs années de service et de sévices, elle aura été contrainte à « s’offrir » peut être gracieusement ou avec beaucoup de réserves à l’oppresseur, qui a su se cacher derrière le masque de la promotion, de l’avancement ou toute autre formule d’attaques subtiles pour l’appâter par des alibis pervers.

Accrochée à ses rêves ou même à sa carrière de journaliste chevronnée, la voilà exposée aux coups débiles_je n’ai pas dit coups de bites_j’ai dit coups débiles. Les autres femmes de sa promotion qui, grâce à d’autres astuces ont pu se soustraire de ce chantage; celles-là qui se sont opposées au « devoir de cuissage » et sont interdites de plateaux ou même sadiquement promues « Cheffe d’édition » auront le geste facile pour pointer le doigt accusateur sur elle. Ces plus « saintes » qui travaillent dans ces maisons de presse et particulièrement de cette office et qui nourrissent le même rêve que Angela dans les maisons de presse prestigieuses, que dis-je, prestidigitatrices où le rêve du professionnalisme est vendu à la peau du « c*l » au monde extérieur, se hâteront de lui jeter la pierre quand elle en aura marre.

LIRE AUSSI: Bénin – Harcelement sexuel: Patrice Talon rencontre les responsables de l’Ortb et Angela Kpeidja

Nul ne se doutait donc que le moment de la dénonciation arriverait d’une façon aussi brusque le 1er mai dernier, célébration d’un travail dont le couronnement est conditionné aux talents de la tenue particulière du « micro » et de professionnalisme en pratiques sexuelles. C’est justement à ce moment précis où par cette publication, elle a libéré ses sœurs, ses collègues et les autres femmes du joug de la perversité que la fougue de ces femmes qui entretiennent visiblement le mal, tombera sur elle.

Et l’ange gela les pervers!

Au lieu de la soutenir et lui apporter un soutien moral, c’est une vague oiseuse d’indignations que des femmes qui disent défendre leur dignité entameront avec commentaires, live-directs, enregistrements et autres. Dans cette dysphorie collective, la plupart s’est dispensée de penser à l’héritage social que leur génération a le devoir de laisser à la postérité.

J’aurais personnellement aimé que cette vague d’indignations diligentées contre la brave Angela que j’admire profondément pour son courage, n’ait pas que pour sources, les fixations odieuses sur sa personne ou même sur ses défauts. J’aurais plutôt préféré que cela soit l’expression réelle de notre état d’âme face au traitement réservé à nos sœurs, nos nièces, nos cousines ou même nos femmes dans l’administration publique.

LIRE AUSSI: Bénin: Patrice Talon, «J’ai la conviction que l’acte posé par Mme Angela Kpeidja sera le déclencheur d’une aube nouvelle (…)»

Ce procédé sournois avec lequel d’aucuns désapprouvent publiquement le haro
de Angela me grattent et m’irritent. Heureusement que le Chef de l’État se soit impliqué pour que ces violeurs des temps modernes puissent discipliner leurs verges pour laisser les femmes comme Angela, choisir librement les hommes avec qui elles veulent sortir.

C’est aussi ça la rupture avec les élans de domination!

«Angela, je serai là ! Angela partout où tu vas, je te suivrai (…)», a chanté Jolidon Lafia que je veux bien paraphraser pour dire toute mon admiration à cette brave dame dont le courage force mon attachement. Femme distinguée, vous resterez dans mon cœur malgré tout ce que le tribunal de la rue débite sur vous. Partout où vous vous trouverez, je serai là; peut être pas forcément de corps, mais de cœur !

Félicitations Angela!

Paul Danongbe

Un commentaire

  1. Moi j’ai la bravoure et la détermination de Angela car il faut être victime pour en parler et a aussi plus d’une de génération de nos filles, sœurs et femmes, qui par la punition qui serait infligée par le tribunal, pourra corriger ces pervers à contenir leur verge. Merci Angela.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
English English Français Français

Adblock détecté

Veuillez désactiver votre bloqueur de publicités pour continuer à lire l'article. Nous utilisons les publicités pour avoir quelques revenus et continuer à vous servir la meilleure de l'information. Merci