Editorial

[Opinion] Bénin: « La République du Bénin et sa laïcité », Tayé Fahissou Orobiyi

Le rôle de la laïcité dans la pratique de la démocratie au Bénin fait débat. Dans une tribune publiée sur les réseaux sociaux, Tayé Fahissou Orobiyi, Juriste et Consultant politique lance une profonde réflexion sur la question à travers une analyse qui ne manque pas d’intérêt.

 

La laïcité est un outil de la démocratie mais c’est cette même démocratie qui entrave son effectivité car elle craint la lutte réligio-démocratique.

La laïcité est l’expression libre de la foi dans un pays démocratique avec le respect des lois établies. ELLE ne doit pas être le résultat de la loi mais une actrice, un fondement au même titre que les critères du pouvoir ou les orientations politiques. Mais dommages, tous les constituants ou presque ont fait d’elle un dérivé de la loi, un sacré auquel il faudrait se méfier, oubliant que comme la loi, la foi n’est pas intacte, elle évolue.

LIRE AUSSI: Bénin: les dessous de la présumée tentative de coup d’Etat déjoué

C’est pour ces raisons de méfiance que les constituants ne la définissent pas. Ils la laissent au bon vouloir du politique.

Le principe de la laïcité tel que l’ont défini Edgar Morin et Tariq Ramadan, est la relation entre l’Etat et la foi mais pas l’Etat contre la foi. Il se fait malheureusement que l’Etat et la politique dans des pays dits démocratiques opèrent ignorant l’expression de la foi.
Au nom d’une certaine laïcité, la religion n’a pas droit à la politique ou quand un religieux s’engage en politique, il ne doit pas exprimer sa foi. C’est déjà un obstacle à la laïcité, c’est le LAÏCISME. C’est une réduction de l’opinion car la foi est constitutive de l’opinion. Dans notre société, Il y en a qui ne juge leur opinion que sur la foi. Alors c’est une réduction de la liberté: c’est ça le laïcisme opposé à la laïcité.

LIRE AUSSI: Bénin – Coronavirus: l’appel de Patrice Talon aux candidats aux examens de fin d’année

La France prise pour exemple n’est vraiment pas laïque, encore moins le Bénin. Nous avons opté pour la séparation de l’Etat de la foi, nous avons réduit notre liberté. C’est là le danger.

C’est la raison de la multiplication des églises, des mosquées. Confier la foi aux seuls religieux sans une implication de la politique étatique est une erreur. Et vice-versa, l’Etat est constamment en crise de moralité, de pudeur et d’éthique car on croit que la politique ne joue pas avec les croyances.

L’article 2 de notre constitution ne définit pas malheureusement la laïcité. Elle l’a juste sacré.

l’Etat moderne est conçu de sorte qu’automatiquement le religieux est éloigné de la politique. Or et la foi, et le droit, et l’économie sont des constituants de la société que nous devons intégrer à la politique.

LIRE AUSSI: Bénin: « Je m’attendais à une condamnation, mais pas à une peine aussi lourde », Ignace Sossou

Les dérives des religieux, la multiplication des cultes et la dégradation des moeurs sont les résultats du laïcisme opéré par l’Etat.

Critiquer aujourd’hui les pasteurs ou les alphas ou les chefferies traditionnelles est réductif de l’intelligence. l’Etat sciemment les a invité à l’anarchie.

Chaque pays doit avoir une politique religieuse. Comme Sarkozy l’avait voulu pour la France, il devrait y avoir un islam et un christianisme de chaque pays.

C’est comme cela que nous aurions marché selon les principes de la laïcité et empêcher l’expression fantaisiste et dangereuse de la foi.

L’Etat moderne que nous construisons en ignorant la foi est pire que les dérives de la foi.

LIRE AUSSI: Bénin: réaction du porte-parole du gouvernement sur le coup d’Etat déjoué

Par exemple, dans le domaine de la médecine ce que nous faisons est une honte pour notre société.
Je crois qu’une grande partie des maladies dont nous souffrons en Afrique sont du domaine spirituel. Mais nous faisons comme si nous ne le savons pas. Combien de législateurs, de gouvernants et d’élites ont déjà fait recours à la médécine traditionnelle pour une raison de santé? Mais quand il faut décider on y pense plus, on diabolise ces sauveurs de circonstances.
Je veux dire que notre médécine doit comporter officiellement le moderne et la tradition. Et parcequ’on est ignorant, les médécins nous mentent et nous tuent. On te parlera de cancer ou de machin pour vendre des médicaments alors qu’ils ne sont convaincus de rien. Ils ne disent presque jamais la vérité.

Aussi pour quel résultat la philosophie des blancs est enseignée au collège en lieu et place de la spiritualité africaine et de la spiritualité des religions? Ça nous ferait gagner beaucoup de chose.

Ce que la science des occidentaux crée comme problème aux africains est beaucoup plus que les dérives de la religion.

L’Etat, la politique et la science ont déjà tout détruit et accusent la religion innocente, sans pouvoir….

 

Africaxó

Média Panafricain d'Informations générales, d'Analyses, d'Investigations et d'Annonces

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
English English Français Français

Adblock détecté

Veuillez désactiver votre bloqueur de publicités pour continuer à lire l'article. Nous utilisons les publicités pour avoir quelques revenus et continuer à vous servir la meilleure de l'information. Merci