BeninOpinion

Préservation de la paix au Bénin: «Même si vous n’êtes pas coupable, vous serez responsable», un citoyen s’adresse à Patrice Talon

Dans ce contexte caractérisé par l’élection présidentielle du 11 avril prochain au Bénin, beaucoup de voix s’élèvent pour appeler à la préservation de la paix. Si les avis jusque là, vont à l’endroit du peuple, un avis ne fait pas chemin avec les autres. Cet avis est celui de Kévin Akin, un jeune épris de Paix. Il a, ce 8 mars, frappé à la porte du Chef de l’Etat. C’est à travers une lettre ouverte intitulée «Monsieur le président, même si vous n’êtes pas coupable, vous serez responsable», que l’activiste s’est adressé à Patrice Talon. Lire ci-dessous, l’intégralité de sa lettre ouverte.

 

LETTRE OUVERTE AU PRÉSIDENT PATRICE TALON

Monsieur le président, même si vous n’êtes pas coupable, vous serez responsable !

Je me suis résilié plusieurs fois à l’écriture de cette lettre; premièrement parce que je me demandais qui j’étais pour le faire et deuxièmement parce que mes pensées étaient allées vers certains jeunes comme Gilles ADJAKPA. C’est en parcourant une partie du pays, de Ouessè Wogoudo à Cotonou, que le regard triste de nos arbres, le sourire inquiet des oiseaux et du chemin m’ont donné de la force. Je suis arrivé à la conclusion que je suis un citoyen, un contribuable béninois et qu’il était important que j’ose vous faire lire ces quelques lignes en ce jour particulier de la Journée Internationale de la Femme.

Monsieur le Président, devant Dieu, les mânes des ancêtres, la nation et devant le peuple béninois, seul détenteur de la souveraineté, vous avez juré solennellement de vous laisser guider par l’intérêt général et de consacrer toute votre force à la promotion du bien commun, de la paix et de l’unité nationale. (Article 53 de la constitution du 11/12/ 1990 ).

 A LIRE AUSSI: Bénin: plus d’un mois après l’assassinat manqué de son fils, Nicéphore Soglo réagit

Ainsi, le 06 avril 2016, vous avez accepté porter le lourd fardeau de Chef d’État, responsable de toutes les béninoises et de tous les béninois. Aussi, faut-il le préciser, de leurs caprices. À ce jour, Monsieur le Président, nous avons plusieurs fois déjà été éprouvés par des événements qui se seraient avérés malencontreux pour notre belle nation, n’eût été la grâce de Dieu.

Cher président, ayant passé ces situations difficultueuses, vous avez l’obligation paternelle d’assurer et de préserver la paix pour nous, afin que, comme le disait Monseigneur Isidore de SOUZA, « plaise au ciel, qu’aucun bain de sang ne nous éclabousse et ne nous emporte par dans ses flots. »

Monsieur le président, vous avez sous votre responsabilité ce beau pays et vous savez ce qu’il faut faire pour préserver sa paix. Si vous ne prenez garde à ces vautours, ces charognards, qui ne pensent qu’à s’empiffrer des restes et qui n’ont pas encore appris à leur dépens, qu’aucun père, aussi rigoureux qu’il soit, n’a jamais tué son enfant pour lui faire changer de comportement; vous serez seul devant ce que le professeur DJOGBENOU appelle le juge intérieur, le tribunal de la conscience.

 A LIRE AUSSI: Présidentielle 2021 au Bénin: liste des pays retenus pour le vote des béninois de l’extérieur

De même, si aucun tribunal existant ne vous trouve coupable, celui de l’histoire vous tiendra pour RESPONSABLE. Nos livres d’histoires, notre histoire politique, les gazouillements de nos oiseaux et de nos fleuves chanteront votre nom du côté sombre, lugubre et macabre de l’histoire. Vous serez reconnu comme celui qui a plongé le Bénin, après plus de trente ans de stabilités, dans la désolation.

En réalité, monsieur le président, il ne servira à rien pour les uns et les autres de chanter et de danser la « PAIX » comme s’ils ne savaient pas ce qu’il y avait à faire. La paix ne saurait être le fruit de ce théâtre emberlificoteur. Il est et sera toujours le résultat de petits actes concrets visant à sa mise en œuvre.

 A LIRE AUSSI: Présidentielle 2021 au Bénin: l’association JEID lance la campagne « Engageons-nous pour la paix »

Monsieur le président, je souhaiterais donc qu’au nom de votre serment, vous puissiez en vertu des pouvoirs que vous confèrent la constitution et avec votre ingéniosité, appeler les uns et les autres autour d’une table pour parler « paix » dans tous ses sens et pour assurer la quiétude au peuple béninois.

Confiant que vous tiendrez votre promesse de faire feu de tout bois pour des élections réellement inclusives, veuillez recevoir, monsieur le Président de la République, l’expression de mes respectueuses salutations.

Kévin AKIN,
Jeune citoyen épris de Paix
Abomey-Calavi, ce 8 mars 2021._

Articles similaires

Un commentaire

  1. Un message plein de sens, j’espère qu’il arrivera à bon port pour que la paix règne dans notre Nation commune.
    Big up à toi jeune citoyen épris de paix…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
English English Français Français

Adblock détecté

Veuillez désactiver votre bloqueur de publicités pour continuer à lire l'article. Nous utilisons les publicités pour avoir quelques revenus et continuer à vous servir la meilleure de l'information. Merci